Vie quoditienne (3) : S’orienter à Phnom Penh – Première partie

Le touriste un tantinet avisé et consciencieux qui voudra venir à Phnom Penh préparera scrupuleusement son voyage, en commençant par repérer sur une carte : 1. son hôtel et 2. l’emplacement du Palais Royal, du Musée National des Arts, du Wat Phnom, du Musée du Génocide (Tuol Sleng), et éventuellement d’une ou deux pagodes.
S’il est adepte d’Internet et des nouvelles technologies, il s’empressera probablement de tapoter « Palais Royal Phnom Penh » dans la barre de recherche de Google Map et, notera soigneusement que ledit palais est bordé à l’Est par le Blvd Samdach Sothearos, au Nord par la rue Keo Chea, à l’Ouest par la rue Preah Ang Yukanthor, et au Sud par la rue Okhna Chhun. S’il est d’humeur aventureuse, il voudra peut-être demander à son chauffeur de tuk-tuk de le déposer rue Okhna Chhun, afin de pouvoir s’approcher du palais par le Sud, en flânant et en profitant des trottoirs ombragés de la capitale du royaume. Magnifique programme en perspective, sauf que…
Si le chauffeur en question repèrera sans problème l’emplacement du Palais Royal et le boulevard Sothearos, il vous jettera un regard éberlué quand vous lui parlerez des rues Keo Chea, Ang Yukanthor ou Okhna Chhun. Ah Google ! « Mais quels c… ! », m’écrierais-je presque si je me laissais aller ! Car il faut bien se rendre à l’évidence : Google ne vous sera ici d’aucun secours : en effet,à part quelques rares axes (boulevards Monivong et Mao Tsé-Toung, quai Sisovath, rue Pasteur…), on n’appelle pas les rues de Phnom Penh par leurs noms, mais par leurs numéros ! (Mais notez qu’inversement, certaines rues ne sont connues que par leur nom ! Ne demandez pas surtout pas à votre chauffeur de tuk-tuk de vous conduire rue 95 ! Comment voulez-vous qu’il devine qu’il s’agit du boulevard Monivong !)
Quand on se penche pour la première fois sur le système de numérotation des rues de la ville, on ne manque pas d’être admiratif : les rues paires sont orientées d’Est en Ouest, les impaires du Nord au Sud. La numérotation paire commence au Nord, l’impaire, à l’Est. Quelle logique ! Quelle intelligence ! Quoi de mieux pour se repérer ! Ah, si ce système avait été adopté à Paris, je ne me serais pas perdu un jour en cherchant la rue des Juges Consuls (située, soit dit en passant, tout près de Beaubourg : j’avais au lycée un prof de maths qui y demeurait, dans cette minuscule rue)  ! Oui, sauf que…
Il est vrai que, grosso-modo, les numéros des rues paires augmentent à mesure que l’on descend vers le sud de la ville, et ceux des rues impaires, à mesure que l’on s’avance vers l’Ouest. Mais il y a deux hics : primo, deux rues aux numéros consécutifs ne sont pas forcément adjacentes. Par exemple, nous habitions il y a quelques mois encore rue Pasteur (rue 51), juste entre les rues 310 et 322. « Et les rues 312, 314, 316, 318 et 320, elles sont où ? », me demanderez-vous ? « Aucune idée ! », vous répondrai-je avec un sourire en coin. « Très certainement dans un autre quartier de la ville… » Deuxième hic : dans le processus de numérotation, des rues, trop petites pour être prises en compte dans le processus de numérotation initial, peut-être, ont apparemment été « oubliées », mais heureusement, on s’en est rappelé plus tard (de sorte que les rues qui connaissent encore l’indignité de ne même pas avoir un numéro se font rarissimes). Ainsi, pour amener notre garnement à la crèche maternelle Tchou-Tchou (située rue 21), nous devions prendre la rue 820 qui, en toute bonne logique khmère, se trouve presque exactement dans l’alignement de la rue… 322 !
Comment s’en sortir ? Le touriste (ou l’expat) est-il donc condamné à se cantonner à la visite des lieux archi-connus, et s’interdire toute escapade sous peine de risquer de se perdre à tout jamais dans les entrailles de Phnom Penh et errer comme une âme en peine pour le restant de sa misérable vie ? Non, des solutions existent ! … et elles vous seront dévoilées lors du prochain épisode de ce palpitant feuilleton !
(Dans l’image ci-dessous, notre Triangle des Bermudes : la zone avec rue Pasteur, rue 310, rue 320 et rue 820…)  (L’image a été piquée sans vergogne sur Google Map, et légèrement éditée par votre serviteur.)

Publicités
Cet article, publié dans Vie quotidienne, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s