Langue khmère (30) : La consonne ស​ en position finale

La consonne ស, qui se prononce « normalement » /s/, possède, lorsqu’elle est utilisée en position finale dans un mot, quelques particularités qui méritent ce trentième billet de notre série consacrée à la langue khmère.
La règle générale est que le ស placé à la fin d’un mot ne se prononce pas /s/, mais marque une aspiration (comme si vous aviez un ហ à la fin du mot). C’est le cas par exemple du mot ប្រទេស, le « pays », prononcé /prâteh/.
Par ailleurs, il existe en khmer des mots se terminant par un double ស (ស្ស), comme le mot មនុស្ស, qui signifie « homme », « être humain », « humanité », et qui est d’origine palie. Dans ce cas, le deuxième ស est un vestige étymologique, et n’apporte rien du point de vue de la prononciation. Ne vous échinez pas en vain à essayer de prononcer deux aspirations successives : មនុស្ស se prononce tout simplement /monuh/. En revanche, dans les mots dérivés, ce deuxième ស a son importance, puisqu’il est prononcé. Ainsi, le mot មនុស្សជាតិ (qui signifie « humanité »), se prononce /monus-sak-chiet/.
Il existe enfin des mots qui se terminent par un groupe de consonnes dont la première est un ស. C’est le cas par exemple du mot ប្រវត្ដិសាស្ដ្រ, qui signifie « histoire » (dans le sens de la science historique). Dans ce cas, il ne faut tenir compte que du ស, qui débute le groupe final de consonnes, et se contenter de prononcer l’aspiration induite par le ស. Ainsi, le mot ប្រវត្តិសាស្ដ្រ se prononce /prâvoat sah/. Le mot សាស្ត្រ est l’équivalent de notre suffixe –logie (c’est le mot sanskrit « sastra », ou « shastra », qui désigne les commentaires des sutras), et sert souvent à composer les noms des sciences. Ainsi, les mathématiques sont parfois appelées គណិតសាស្ដ្រ (prononcé /ko-nik-tak-sah/) (notez que c’est le dictionnaire de Chuon Nath, que j’ai jusqu’à présent improprement appelé Tovnah, qui donne ce mot pour la traduction de « mathématiques », mais de nos jours on parle plutôt de គណិតវិទ្យា). Si le ត et le រ souscrits n’apportent rien du point de vue de la prononciation du mot, ils ont leur importance, car dans les mots composés à partir de សាស្ត្រ, ils ont un rôle phonétique à jouer. Voir par exemple le mot សាស្ត្រាទេសន៍, qui se prononce /sas-tra-teh/ et désigne la littérature religieuse bouddhique.
Notez enfin que le ស peut être utilisé en finale d’un mot dans les transcriptions phonétiques de mots étranger, comme ប៉ារីស, transcription phonétique du nom de notre capitale : Paris. Notez que même dans ce cas, le ស ne se prononce pas /s/, mais bien /h/. (Vous remarquerez aussi au passage, que le រéchappe ici à la règle de la contagion consonantique dont nous parlions à l’épisode 29, puisque រី est bien prononcé /ri/ et non /rei/ comme le voudrait ladite règle. C’est à retenir, car dans un mot tel que បារី, qui désigne la « cigarette » et se prononce /barei/, រី suit la règle et se prononce bien /rei/.)
(Nous parlerons à l’épisode 31 des chiffres d’origine palie utilisés en khmer.)

Cet article, publié dans Langue khmère, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s