Bibliographie (18) : Cambodge Année Zéro

J’avais eu l’occasion de voir, il y a très longtemps, une interview de François Ponchaud, missionnaire catholique et grand connaisseur du Cambodge, auteur du célébrissime Cambodge Année Zéro. Dans le cours de cette interview, le père Ponchaud proposait pour expliquer, au moins en partie, le génocide perpétré par Pol Pot et sa clique lors de la tragique épopée communiste au Cambodge entre 1975 et 1979, une interprétation « bouddhique » étrange : le meurtre n’aurait finalement été considéré que comme un acte sans beaucoup de conséquences, puisque la victime était de toute façon destinée à renaître (je simplifie à l’extrême)… Ce discours m’avait profondément déplu et même choqué, et je me souviens m’être dit que l’ouvrage de quelqu’un capable de prononcer de telles affirmations ne devait pas présenter beaucoup d’intérêt.
Mais Cambodge Année Zéro est cité de si nombreuses fois, par de si nombreux auteurs, que c’est finalement un ouvrage incontournable pour quiconque s’intéresse à l’histoire moderne du royaume. Je me suis donc résigné à aller au-delà de mon a priori défavorable, et ai acheté à prix d’or, lors de mon dernier passage à la libraire Carnets d’Asie à Phnom Penh, ce livre qui fut parmi les tous premiers à parler du génocide cambodgien.
Il faut situer la parution de l’ouvrage dans la chronologie : ce livre est paru en 1977, à une époque où le Cambodge ne faisait déjà plus la une des journaux après la prise de pouvoir par les Khmers Rouges, et où ne parlait pas encore abondamment des camps installés à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, où se sont entassés des centaines de milliers de réfugiés cambodgiens.
J’ai été très agréablement surpris de m’apercevoir que, dès cette époque, en s’appuyant sur l’écoute de Radio Phnom Penh et sur les témoignages des premiers réfugiés, François Ponchaud avait été assez clairvoyant pour décrire sans complaisance le terrible régime, et poser des questions très judicieuses. Le tableau qu’il dressait dès cette époque du Cambodge s’est révélé assez juste lorsque l’on a pu, une fois Pol Pot et ses sbires chassés de Phnom Penh, aller voir sur place ce qu’avait été l’intermède khméro-communiste.
Je me suis donc dit en lisant cet ouvrage que j’avais été bien léger dans mon jugement et que j’aurais dû depuis longtemps en faire l’acquisition… au moins jusqu’au moment de lire la seconde partie, rédigée en 1980, dans laquelle le père Ponchaud propose son analyse des raisons ayant conduit à cette folie. Dans cette partie-là, je retrouve les analyses ésotérico-philosophico-bouddhiques qui sont sensées expliquer comment un peuple réputé paisible et doux a pu commettre de telles atrocités et qui avaient causé ma répugnance. Chercher à comprendre, c’est louable, mais vouloir à toute force expliquer par des facteurs propres à la culture et au bouddhisme khmers ce qui n’a été finalement qu’une application jusqu’au-boutiste d’une doctrine communiste mal comprise et qui plus est fortement influencée par une autre folie, celle de la révolution culturelle chinois, me semble relever plus de l’élucubration intellectuelle que de l’analyse scientifique.
Cela dit, c’est tout de même tout à fait chaudement que je recommande la lecture d’au moins la première (la principale) partie de Cambodge Année Zéro, du père François Ponchaud, réédité pour la troisième fois en 2005 par les Éditions Kailash.
(Pour en savoir plus sur François Ponchaud, je vous invite à lire ici la page en français que lui consacre Wikipedia.)

Cet article, publié dans Bibliographie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Bibliographie (18) : Cambodge Année Zéro

  1. kohl dit :

    bonjour

    Je suis tout à fait d’accord avec votre opinions sur la pseudo analyse de mr Ponchaud, qui se retrouve à défendre les crimes commis au nom de l’idéologie totalitaire sanglante appelé Communisme, en insultant l’intelligence, et en manquant totalement de respect à tout les intellectuels croyants que le Cambodge comptait, encore, avant leurs exterminations par les criminels sanguinaire communistes, qui se retrouvais membre du partis pour beaucoup, davantage par opportunité d’assouvir leur pulsions que pour construire un monde « meilleur »..
    Et l’histoire prouve cela dans tous les pays qui ont été sous les dictatures communistes (c’est un pléonasme), comme les 33 millions de mort du communisme de MAO, les millions de mort de l’ex URSS, des millions de mort des régime communistes au Vietnam, des famines au Laos, des campe de travaux et de tortures de la Corée du nord, où sont torturer comme des rats de laboratoire de fortunes plus de 150 000 prisonniers, quand les 23 000 000 d’habitant survivent sous les famines et la misère. La liste est longue, et, l’auteur se fout de la vrai analyse politique : le communisme est totalitaire et déshumanisant par essence. Le soutenir ou diminuer sa nocivité, quand on est un minimum doué de sens de réflexion, est de la complicité de meurtre.

    Bravo pour votre lucidité, car le crypto-Communiste Ponchaud est très habile.

    cdt

    • Pascal dit :

      Bonjour,
      J’ai approuvé votre commentaire par respect, mais cela ne signifie pas que je partage votre opinion.
      Je n’ai trouvé nulle part dans le livre du père Ponchaud une quelconque apologie des crimes commis, et je pense que si on doit lui reconnaître au moins un mérite, c’est d’avoir été l’une des premières personnes à révéler au monde occidental se qui se passait au Cambodge à l’époque des Khmers Rouges…
      Je ne suis pas loin de partager votre opinion sur les régimes communistes de façon générale (pas sur l’idéologie elle-même), mais en toutes choses, il convient à mon humble avis de garder une certaine mesure.
      À critiquer de façon trop outrageuse et sans discernement, on obtient souvent un résultat contraire à celui rechercher.
      Amicalement,
      Pascal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s