Tourisme (13) : Kirirom

Parmi les destinations prisées par les Phnompenhois motorisés se trouve ce qui fut le premier parc national du Cambodge : le Parc National de Kirirom (en khmer ឧទ្យានជាតិគិរីរម្យ : ឧទ្យាន signifie « parc », ជាតិ « national » et គិរីរម្យ Kirirom, littéralement « montagne agréable » : រម្យ est un mot sanskrit qui signifie « agréable », គិរី, mot sanskrit également, signifie « montagne »). Le parc est situé sur l’extrémité orientale de la chaîne des Cardamomes (ភ្នំក្រវាញ), sa « montagne » la plus haute culmine à 700 mètres au-dessus du niveau de la mer.
Je parle d’excursionnistes « motorisés » car le parc est situé à une bonne centaine de kilomètres (112 selon la page en khmer que Wikipedia consacre ici à ce parc) de Phnom Penh, dans la province de Kompong Speu, sur la nationale 4, en direction de Sihanoukville.
Le parc occupe quelque 80.000 hectares de forêts qui abritent paraît-il des animaux tels que : éléphants d’Asie, gaurs, cerfs, léopard, gibbons ou tigres. Le parc est également l’habitat de muntjacs, lièvres et autres porcs-épics qui pourront vous être proposés grillés, sautés ou en soupe, et en toute illégalité, si vous décidez de prendre sur place un déjeuner champêtre.
Le parc contient quelques routes goudronnées, qui ne sont pas toutes en très bon état, et des chemins forestiers difficiles d’accès en voiture. Vous pourrez y faire de belles ballades, en faisant attention cependant de ne pas vous égarer, car si le parc est très fréquenté par les Khmers, ces derniers restent en général aux abords des aires de pique-nique rudimentaires aménagées près des torrents de montagne ou des lacs. Vous risquez donc de ne pas pouvoir demander d’aide aux autres passants si vous vous perdez sur l’un des chemins.
En revanche, si la température glaciale des torrents de montagne ne vous effraie pas, vous pourrez vous baigner (ou au moins vous tremper les pieds) avant ou après un déjeuner champêtre pris sur l’une des aires de pique-nique précitées, qui sont prises d’assaut par les Cambodgiens venus pour la plupart de la capitale.
Si c’est le tourisme « en dur » que vous aimez, vous pourrez aussi visiter l’ancienne résidence royale et les quelques temples qui sont dispersés sur le site.
Les étrangers doivent s’acquitter d’un droit d’entrée fixé à 5 dollars (pour les Khmers, c’est seulement 1000 riels) !
La photo ci-dessous est celle de l’une des aires de pique-nique installées près d’un petit torrent. Elle a été prise le 5 août 2012.

Advertisements
Cet article, publié dans Tourisme, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tourisme (13) : Kirirom

  1. Grobec dit :

    Le Kirirom actuel a beaucoup changé. A la fin des années 60, c’était une région couverte de forêts, à tel point que tout paraissait sombre. Il faisait frais mais la comparaison est difficile, voire impossible. Les cours d’eau vierges.
    Je n’ai pas aimé les retrouvailles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s