Vie quotidienne : Tuktuk « evolution »

Les routes cambodgiennes sont parfois pleines de surprises ! Je ne parle pas des nids de poule ni même des abîmes sans fond qui constellent les routes en fin de saison des pluies, mais des usagers divers et variés que l’on peut y rencontrer : charrettes à bœufs, buffles et chevaux sont monnaie courantes, remorques en tous genres surchargées des ustensiles les plus divers et les plus variés sont légion, motocyclettes où se tiennent confortablement assises des familles nombreuses ne surprennent plus, camions débâchés où les ouvrières du textile jouent aux sardines en boîte sont le pain quotidien de l’automobiliste, bœufs qui traversent les routes nationales en toute quiétude sont omniprésents, camionnettes dont la carrosserie ne tient plus que la peinture ne génèrent plus de sursauts… Avec un tant soit peu d’habitude, on n’est plus étonné de rien.
Sauf lorsque l’on rencontre un ORNI (objet roulant non identifié) d’un nouveau genre ! C’est ce qui nous arrivé lors de notre dernière excursion à Sihanoukville, lorsque nous avons rencontré sur la Nationale 4, à quelques kilomètres à peine de notre destination balnéaire, un drôle d’engin.
Vu de l’arrière, on avait l’impression d’avoir un tuktuk juché sur la plateforme surbaissée d’un engin automobile et utilitaire quelconque. Ce n’est qu’en dépassant (sans grande difficulté) ledit engin, que nous nous sommes rendus compte qu’il s’agissait en fait d’un tuktuk de nouvelle génération, constitué dans sa partie avant de l’habitacle d’une petite voiture, et, dans sa partie arrière, d’une remorque de tuktuk, avec ses deux banquettes habituelles, surhaussé.
Le hasard faisant souvent bien les choses, le Phnom Penh Post publiait le même jour (11 janvier 2012) un petit article présentant une autre version évoluée du véhicule préféré des touristes en goguette au Cambodge : le « air car taxi » d’un certain Hout Cheng Thi, chauffeur de tuktuk de son état, œuvrant à Siemreap.
Ayant les deux mains sur le volant de notre char d’assaut, je n’ai pas pu prendre la version sihankouvilloise de l’engin en photo, dès lors j’emprunte à l’article précité (lisible en ligne ici) la photo de la version siemréapaise de la bête. (La version que nous avons observée est d’apparence un tantinet plus exotique, cependant.)

new tuktuk

Advertisements
Cet article, publié dans Vie quotidienne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s