Tourisme : Kâmpong Cham

Après la lecture d’un article s’interrogeant sur la possibilité de la venue au Cambodge de l’eunuque chinois Zheng He, rendu célèbre par ses sept expéditions maritimes vers l’Ouest, jusque sur les côtes de l’Afrique, au début du XVème siècle, j’ai entrepris une recherche pour en savoir un peu plus. C’est dans le cadre de cette recherche que j’ai embarqué ma famille pour un voyage éclair à Kâmpong Cham (កំពង់ចាម), capitale de la province éponyme, que nous ne connaissions pas.
À partir de Phnom Penh, Kâmpong Cham est accessible en empruntant d’abord la RN6 (la route qui conduit à Kâmpong Thom et à Siemreap), puis la RN7, qui conduit à Kâmpong Cham, Kratié, Mondolkiri et Ratanakiri. À partir de la capitale, on traverse le pont dit « japonais » (dont le nom officielle est « pont de Chroy Changva » ស្ពានជ្រោយចង្វា) et on suit la route jusqu’à la ville de Skun (ស្គុន). Au rond-point de Skun, on prend la route qui va vers la droite (vers l’Est), qui est la RN7.
La route de Phnom Penh à Skun est exécrable, en raison de travaux qui durent depuis plus d’un an (la RN6 qui était à deux voies est en train d’être élargie). Il faut en voiture plus de deux heures pour parcourir les 70 et quelques kilomètres qui séparent Phnom Penh de Skun. De Skun à Kâmpong Cham en revanche, l’état de la route est tout à fait satisfaisant, et une heure suffit largement pour parcourir la cinquantaine de kilomètres qui séparant Skun de Kâmpong Cham.
Pour choisir notre hôtel, j’ai utilisé à la fois TripAdvisor et Agoda. Mon choix s’est porté sur l’hôtel « 7 Makara », malgré les commentaires mitigés, parce que l’hôtel possédait une piscine. Je n’ai probablement pas fait le meilleur choix : si le prix est tout à fait raisonnable (un peu plus de 20 dollars pour une chambre VIP), les chambres sont exiguës et l’hygiène est approximative. La piscine avait une teinte légèrement verdâtre, nous n’en avons donc pas profité.
Pour le choix des lieux de restauration, je me suis également appuyé sur TripAdvisor. Sur ce site, le restaurant qui arrive en tête du classement est le « Smile », restaurant d’application de l’ONG BSDA, qui, entre autres choses, forme des jeunes Khmers aux métiers de la restauration. Le service est approximatif, mais il faut l’excuser car les jeunes qui font le service sont en apprentissage. L’endroit est propre, mais la nourriture est assez médiocre. Là aussi, ce n’est sans doute pas le meilleur choix que nous aurions pu faire (le « prâhok khtis », ប្រហុកខ្ទិះ, porc haché agrémenté de prahok et servi avec des légumes crus) était tout de même acceptable. Le lendemain matin, nous avons pris un petit déjeuner à l’occidentale au restaurant Mekong Crossing, rien de transcendant non plus. Ces deux établissements ont l’avantage d’être situés sur la portion « animée » de la berge du Mékong. La terrasse du Mekong Crossing est agréable, et permet d’avoir une belle vue sur la promenade et sur le fleuve.
Signalons que si vous êtes amateur de pétanque, vous pouvez emporter vos boules pour vous mesurer l’un des nombreux aficionados khmers qui disputent des parties acharnées sur quatre terrains impeccables aménagés sur la berge du fleuve, en contrebas de la promenade qui court le long de cette berge.
La province de Kâmpong Cham ne se trouve pas sur les itinéraires habituels des touristes de passage, elle propose portant quelques sites dignes d’intérêt.
Les amateurs d’archéologie khmère pourront notamment visiter le site de Nokor Bachey (នគរបាជ័យ), avec un ancien temple du XIème siècle ; ce site a pour particularité qu’à l’intérieur du temple ancien duquel ont été construites des pagodes modernes, qui sont en activité (ce site était le but de cette rapide visite) ; il faut aussi signaler un autre site, celui de Prei Nokor Knong Krav (ព្រៃនគរក្នុងក្រៅ), situé à une quarantaine de kilomètres de la capitale provinciale, et qui date du IXème siècle.
La province est également célèbre pour la beauté de ses paysages naturels et ses îles sur le Mékong.
Les Khmers connaissent bien deux collines attenantes l’une à l’autre : la Montagne des Hommes (Phnom Bros, ភ្នំប្រុស) et la Montagnes des Femmes (ភ្នំស្រី, Phnom Srei), car une légende très connue relate une rivalité entre hommes et femmes, qui s’est terminée à l’avantage des femmes. L’ascension des 200 et quelques marches de l’escalier de la Montagne de Femmes offre une belle occasion de faire un peu d’exercice, et le panorama au sommet de la montagne est assez beau.
Pour des informations plus détaillée concernant les sites à voir dans la province de Kâmpong Cham, je vous invite à lire ici la page en anglais consacrée à la province sur le site Tourism Cambodia.
Je vous propose ci-dessous une vue du pont moderne qui enjambe le Mékong à Kâmpong Cham, le Kizuna Bridge (ស្ពានគីហ្សូណា), construit en 2001 grâce à un don du gouvernement japonais, qui fut le premier pont sur le Mékong à être construit au Cambodge (voir ici pour en savoir un tout petit peu plus sur ce pont) :
pont_k-cham-2

Publicités
Cet article, publié dans Tourisme, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s