Tourisme : Temple de Nokor Bachey, à Kâmpong Cham

Notre récente excursion à Kâmpong Cham avait pour moi un but principal : la visite du temple de Nokor Bachey (ប្រាសាទ នគរបាជ័យ), qui se trouve sur la droite, quand on se rend de Skun à Kâmpong Cham par la route nationale 7, au rond-point qui annonce l’arrivée à la capitale provinciale. Nokor Bachey est situé à une distance d’à peine 2,2 km à l’ouest de Kâmpong Cham, à quelque 122 km de Phnom Penh. (L’entrée nord du site est située à un peu plus de 200 mètres du rond-point de Wat Nokor, វត្តនគរ, qui est le nom moderne du temple.)
Ce sanctuaire aurait été édifié au XIème siècle. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est qu’il s’agit d’un sanctuaire tout à fait vivant : au centre du temple se trouve une salle dallée dans laquelle on vient prier et brûler de l’encens, et entre les enceintes (le sanctuaire comporte au total quatre enceintes concentriques) des temples modernes ont été construits qui datent seulement de quelques dizaines d’années. Des niches du temple ancien sont occupées de statues contemporaines, et lors de notre passage, une pagode moderne située à l’intérieur des enceintes du site était en cours de rénovation.
Le but de ma visite était en fait un tout petit temple chinois, qui se trouve à droite après la première entrée, reconstruit en juin 1991 (il avait été détruit à l’époque des Khmers Rouges). Ce petit temple est consacré au célèbre navigateur chinois Zheng He, qui fit sept grands voyages avec d’immenses flottes (au début du XVème siècle), qui le conduisirent jusqu’en Afrique et dans la péninsule arabique. On n’a pourtant pas retrouvé de traces dans les annales historiques chinoises d’un quelconque voyage que Zheng He aurait pu faire en personne dans ce pays que les Chinois appelaient encore le Zhenla (Tchenla), même s’il est probable qu’il y ait envoyé des émissaires à partir du Champa ou du Siam, où l’on sait qu’il s’est rendu.
Au sud du sanctuaire chinois se dressent de nombreux stûpas, dont l’un serait celui de la mère de Zheng He ! Une légende cambodgienne raconte en effet que Zheng He, qui, selon les annales chinoises, était originaire de la province septentrionale du Yunnan, serait en fait né au Cambodge de parents khmers. (Nous aurons certainement l’occasion de reparler de cette légende de façon plus détaillée.)
Pour pénétrer dans la partie ancienne de Nokor Bachey, il faut acheter un billet (au prix de 2 dollars), qui vous permettra aussi d’accéder gratuitement à d’autres sites dans la province de Kâmpong Cham.
Voici quelques-unes des photos que nous avons prises à Nokor Bachey :
(Si vous lisez le khmer, vous trouverez des informations plus détaillées concernant ce site sur le blog phkhmer, ici.)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Cet article, publié dans Tourisme, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s