Photos : Tissage

Le textile est le principal secteur industriel d’exportation du Cambodge. De nombreuses sociétés chinoises, coréennes, et même occidentales, y ont installé des usines, attirées par le faible coût de la main-d’œuvre et par les conditions privilégiées dont bénéficie le pays pour ses exportations de produits textiles. L’actualité du début de l’année 2014 a cependant démontré que cette industrie avait son lot de problèmes…
Mais le Cambodge possède également un artisanat textile traditionnel assez renommé. On peut lire par exemple dans les annales impériales de la dynastie chinoise des Ming que, parmi les cadeaux offerts par les ambassades cambodgiennes envoyées en Chine, se trouvaient des produits textiles.
Le Cambodge est également réputé pour la qualité de ses soieries.
Cet artisanat est cependant assez rudimentaire. Traditionnellement, les métiers à tisser, manuels et succincts, en bois, sont installés sous les maisons à pilotis. Cette activité artisanale apporte un complément de revenu aux familles paysannes. Ce sont les mères et les filles qui tissent.
J’ai eu l’occasion de voir quelques-uns de ces métiers et de voir des femmes travailler lors d’une excursion sur l’île de Koh Dach, sur le Mékong, dans la province de Kandal, au nord de Phnom Penh.
Malgré l’appellation erronée « d’île de la soie », sur l’île de Koh Dach, c’est du coton que l’on tisse. Sur l’image ci-dessous, un tissu de coton en cours de tissage, destiné à confectionner les longues jupes que portent traditionnellement les femmes cambodgiennes :
Koh Dach_02Sur l’image ci-dessous, une jeune fille de la maisonnée tisse ce même tissu. Agée d’une quinzaine d’années à peine, elle travaille quand elle n’est pas à l’école. Elle me dit pouvoir tisser environ 1,5 mètre de tissu par journée de travail :
Koh Dach_11L’équipement est rudimentaire : ici, une jante de roue de vélo sert à enrouler le fil de chaîne sur le cylindre de carton qui sera inséré dans la navette :
Koh Dach_12L’ONG Soieries du Mékong donne dans ses ateliers de Banteay Chhmar, dans la province de Banteay Meanchey, du travail aux femmes des villages environnants, qui tissent des soieries sur des métiers traditionnels, comme ici :
Soieries du Mekong (1)Certains tissus sont enrichis de fils de métaux précieux ou semi-précieux. Ici, deux navettes contenant l’une du fil d’argent, l’autre du fil d’or :
Soieries du Mekong (2)

Publicités
Cet article, publié dans Photos, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s