Bibliographie : Du Rififi au Cambodge, Auguste le Breton

La mode des romans populaires policiers et d’espionnage semble passée aujourd’hui, mais il fut une époque, pas si lointaine, où l’on attendait avec impatience les dernières aventures de S.A.S. Malco Linge, à l’intrigue peu intriquée, teintés plus ou moins d’érotisme, et qui se lisaient sur un quai de gare ou dans un train de banlieue.
Avant Gérard de Villiers, l’un des maîtres en la matière était Auguste Montfort, plus connu sur le surnom dont il avait été affublé par les voyous de banlieue parisienne qu’il avait fréquenté dans sa jeunesse : Auguste Le Breton.
(Pour en savoir plus sur cet auteur qui connut un immense succès, décédé en 1999, je vous invite à lire ici un article qui lui est consacré sur le site des éditions La République des Lettres, ou ici l’article de Wikipédia.)
Parmi les romans à succès produits par cet auteur, se trouve la série des « Rififi », dont le célèbre Du rififi chez les Hommes, qui fut adapté au cinéma en 1955. Dans la même série des « Rififi », qui compte les aventures de l’agent spécial des douanes américaines Mike Coppolano, se trouve aussi un autre roman paru en 1965, peut-être moins connu : Du rififi au Cambodge (Opium sur Angkor Vat). L’action se déroule principalement à Siemreap et sur le Tonlé Sap au début des années 1960, et Mike est chargé de démanteler un gang qui, à partir du Cambodge, a formé le projet d’exporter vers les États-Unis quelque 80 kg d’héroïne pure ! Pour ne pas déflorer le sujet, je ne vous en dirai par plus, mais je vous garantir qu’il y a dans cette histoire des hommes (des vrais), de belles filles qui n’ont pas froid aux yeux, une méchante Chinoise qui règne sur la trafic de drogue en Asie du Sud-Est, ainsi que de l’or, du sang et des larmes ! Certes, l’auteur écorche bien quelques noms khmers, mais qu’importe ! Si vous avez quelques heures à perdre, vous lirez certainement ce roman avec plaisir et amusement ! Vous le trouverez peut-être en librairie, sinon vous pourrez l’emprunter (dès que je l’aurai rendu) dans la section « Romans d’Asie » de la bibliothèque de l’Institut Français du Cambodge à Phnom Penh.
Ci-dessous, une reproduction de la couverture, que j’ai trouvée ici, sur le site d’une librairie en ligne qui propose le roman à la vente.
rififi au cambodge

Publicités
Cet article, publié dans Bibliographie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s