Bibliographie : Fleur Fanée, Nou Hach

Nou Hach (នូហាច) est un écrivain khmer de tout premier plan. C’est l’un des précurseurs de la littérature khmère moderne. Il est né en 1916 dans la province de Battambang, et a disparu sous le régime des Khmers Rouge, entre 1975 et 1978.
Le plus connu de ses romans est Fleur Fanée (ផ្កាស្រពោន), qui fut d’abord publié en feuilleton dans le journal Kambuja en 1947.
Le roman raconte une histoire d’amour malheureuse. Un jeune homme, Boun Theuen (ប៊ុន ធឿន), est le fils d’un marchand qui a fait faillite suite au naufrage sur le Tonlé Sap du bateau qui transportait une cargaison de riz qu’il comptait revendre. Boun Theuen poursuit ses études dans un lycée de Phnom Penh. Le père de Boun Theuen était un ami proche du père d’une jeune fille nommée Vithievy (វីធាវី), et les deux pères avaient convenu de marier leurs enfants lorsque ceux-ci auraient atteint l’âge adulte. Le père de Vithievy était décédé précocement, et la jeune fille vivait avec sa mère, la vieille Nuon (យាយនួន). Cette dernière, apprenant la ruine de la famille de Boun Theuen, décide de rompre la promesse et de chercher pour sa famille un jeune homme issu d’une famille riche. Vithievy refuse la rupture avec Boun Theuen, tombe malade, et finit par mourir.
Cette trame est un leitmotiv dans la littérature khmère moderne. Elle est reprise dans de nombreux romans, comme par exemple La Vie n’a pas de sens (ជីវិតឥតន័យ) d’un autre romancier khmer célèbre, Soth Polin (សុទ្ធ ប៉ូលីន) (qui est l’auteur de L’Anarchiste, roman qui a été publié en France).
Pour un lecteur occidental, le court roman (92 pages dans mon édition) Fleur Fanée paraîtra probablement un peu fade. Mais il est intéressant car il a marqué l’histoire de la littérature khmère moderne, et il est de plus bien écrit. Il a inspiré de nombreux auteurs khmers. Le chapitre (11) qui raconte l’équipée en forêt de Boun Theuen et d’autres paysans de Battambang et particulièrement intéressant.
Fleur Fanée est un grand classique, et on trouve ce roman dans les rayons de toutes les librairies cambodgiennes. Il a été réédité, légalement ou pas, à de très nombreuses reprises. L’édition que je possède (et dont je reproduis la couverture ci-dessous) est une réimpression de 2003 de l’édition de 1960, imprimée et diffusée par le Ministère cambodgien de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports.
nou hach_fleur faneeAuteur : Nou Hach (នូហាច)
Titre : Fleur Fanée (ផ្កាស្រពោន)
92 pages, quelques illustrations
Réimpression de 2003 de l’édition de 1960, imprimée et diffusée par le Ministère cambodgien de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports
Pas de numéro ISBN

Publicités
Cet article, publié dans Bibliographie, Littérature khmère, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Bibliographie : Fleur Fanée, Nou Hach

  1. Anonyme dit :

    Bonjour,
    J’aurais voulu savoir s’il est encore possible de trouver « Fleur fânée » de Nou Hach en traduction française et si oui comment se le procurer
    En vous remerciant ,je vous souhaite une bonne journée.
    B.Périé

  2. Ping : Bibliographie : Nou Hach, Ma Guirlande, mon Amour | Khmerologie

  3. Ping : Littérature et gastronomie : Les coureurs des bois de Battambang en quête de nourriture, d’après Nou Hach | Sinogastronomie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s