Contes cambodgiens : La tortue et le singe

On utilise au Cambodge l’expression idiomatique « bouche de tortue » (មាត់អណ្ដើក) pour qualifier des paroles qui n’ont pas de sens. L’histoire de la tortue et du singe (អណ្ដើកនិងស្វា), qui se trouve dans le premier volume du Recueil de contes et légendes khmers de l’Institut Bouddhique, nous explique l’origine de cet idiotisme (pour lire la légende en khmer, je vous invite à cliquer ici) :
Un singe (ស្វា) et une tortue (អណ្ដើក, ្ដ se prononce [d]) voulaient devenir parents par alliance (ដន្លង parenté par alliance). Bien qu’ils n’aient pas d’enfants à marier, ils décidèrent tout de même de lier des liens familiaux, et de se considérer comme parents par alliance. Bien longtemps après, le singe eut un enfant à marier. Il prépara la noce, et invita toute sa parenté singe. Alors que le jour des noces arrivait, il se souvint de la tortue, son parent par alliance, et alla faire quérir ce parent.
La tortue arriva au pied de l’arbre où se tenait le banquet de noces (ស៊ីការ), mais fut bien incapable de grimper au tronc. Des singes la virent, et allèrent prévenir le beau parent : « Ton beau parent la tortue est arrivée du pied de l’arbre ! ». Le singe se précipita pour aller accueillir la tortue, et lui dit : « Mon cher parent, tu ne sais pas monter aux arbres. La seule solution est que tu saisisses solidement dans ta bouche cette liane (វល្លិ), et nous tirerons (ស្រាវ) la liane de façon à te hisser jusqu’en haut. Mais surtout, abstiens-toi bien, quoi qu’on te dise ou quoi que tu voies, d’ouvrir la bouche, sinon tu ne manqueras pas de tomber et de périr ! » La tortue acquiesça et mordit (ខាំ) fermement la liane que lui tendait son parent par alliance.
Les singes se mirent alors tous à tirer sur la liane pour hisser la tortue. Alors que cette dernière était presque parvenue à destination, la guenon épouse du singe, voyant son beau parent arriver, voulut le saluer par politesse : « Mais bonjour, cher beau parent, comment vous portez-vous ? » La tortue, oubliant les recommandations (ពាក្យបណ្ដាំ) du singe, ouvrit la bouche pour répondre à la salutation, et tomba brusquement sur le sol. Sa carapace (ស្នូក) alla heurter une pierre (ថ្ម) et se brisa (បែក), et la tortue en mourut sur-le-champ.

Advertisements
Cet article, publié dans Contes, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Contes cambodgiens : La tortue et le singe

  1. Anonyme dit :

    Le corbeau et le renard…c’est unversel non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s