Contes cambodgiens : Les deux amis (1ère partie)

Dans le conte intitulé tout simplement Les deux amis (សម្លាញ់ពីរនាក់ ; សម្លាញ់ ami), qui se trouve dans le premier volume du Recueil de contes et légendes khmers de l’Institut Bouddhique, on nous apprend pourquoi il est important de bien choisir son épouse, comment, à force de persévérance, on peut devenir riche et, accessoirement, pourquoi le wallago, ce silure de belle taille que l’on trouve notamment dans le Mékong, a la bouche aussi grande…
(Vous profiterez peut-être mieux de mon adaptation de ce conte en lisant en parallèle la version khmère, qui est disponible en ligne ici, sur le site de l’Institut Bouddhique.)
Voici l’histoire :
Il était une fois(1) deux amis qui se firent la promesse suivante : « Lorsque nous serons mariés, nous resterons amis et, si l’un d’entre nous est riche, il soutiendra l’autre. » Après s’être fait cette promesse, les deux amis se marièrent, le premier eut une épouse qui était parfaite,(2) l’autre en eut une qui l’était moins.(3)
(1) En khmer, l’expression quasi figée qui correspond à notre « il était une fois » est កាលពីព្រេងនាយ, qui signifie littéralement « il y a très longtemps »
(2) Épouse parfaite : ប្រពន្ធគ្រប់លក្ខណ៍ ; ប្រពន្ធ épouse ; គ្រប់ tout, entier, intégral ; លក្ខណ៍ attribut, caractéristique, qualité
(3) Le texte khmer dit ប្រពន្ធខាតលក្ខណ៍ : ខាត signifie être endommagé, être blessé, manquer. L’épouse du second ami est donc décrite comme manquant de certaines qualités.
Un soir, au moment d’aller dormir,(4) l’ami qui avait une épouse parfaite lui posa cette question : « Dis-moi, as-tu une idée du métier que nous pourrions exercer pour nous enrichir rapidement ? » Ce à quoi l’épouse répondit : « Quel que soit le métier que tu souhaites exercer, ou même si tu veux que je tisse(5) pour vendre mon tissage, je l’accepterai et ne m’opposerai à toi en rien. »(6)
(4) ចូលដំណេក aller dormir, s’endormir
(5) ត្បាញ tisser, tricoter
(6) ទទឹង refuser, s’opposer à
Le soir suivant, au moment d’aller se coucher, l’homme dit à son épouse : « J’ai pensé à un travail,(7) et si je ne me trompe pas, nous pourrons sans difficulté obtenir de l’or, de l’argent, des phtels, des tables, des assiettes… »(8) Intriguée, l’épouse demanda : « Mais comment faire pour obtenir tout cela facilement ? » Et le mari d’expliquer : « Depuis toujours, sur la mer, voguent les navires des commerçants de tous pays ; certains sont chanceux et arrivent à bon port, mais d’autres sont frappés par le sort, et leurs navires font naufrage, avec à bord de nombreux trésors, comme de l’or ou de l’argent, qui sont aujourd’hui enfouis(9) au fond(10) des océans. Il nous suffit juste d’écoper(11) l’eau de la mer jusqu’à l’assécher,(12) et nous pourrons récupérer cet or et cet argent. Qui plus est, si, par la même occasion, nous attrapons des poissons, nous pourrons les vider(13) pour les faire sécher, en encore fabriquer du pha-ak et du prahok.(14) Demain à l’aube, prépare du riz, et place le riz dans un panier avec de la nourriture, de l’arec et du bétel(15), et nous irons écoper l’eau de la mer. »
(7) របរ travail, occupation, profession ; l’expression est construite របរមួយមុខ, on voit ici le mot មុខ, qui signifie à l’origine « visage », mais aussi « type, espèce, sorte », utilisé comme spécificatif servant à compter les professions.
(8) មាស or ; ប្រាក់ argent ; ផ្តិល /t/ phtel : une sorte de grand bol, avec ou sans couvercle, avec ou sans pied, qui peut être confectionné à partir de divers matériaux, le plus souvent en cuivre ou en bronze, mais aussi parfois en or ou en argent ; le pthel sert le plus souvent à puiser ou à conserver de l’eau ; តុ table ; ថាស assiette, plat, plateau
(9) កប់ enterrer, perdre, disparaître
(10) បាត fond, fondation, base
(11) បាច écoper
(12) រីង assécher, être à sec
(13) វះ fendre, pratiquer une incision
(14) ផ្អក pha-ak, poisson coupé à morceaux et mis à fermenter dans une jarre, avec du sel et des épices, pendant un à deux mois, puis utilisé comme ingrédient en cuisine khmère ; ប្រហុក prahok, condiment à base de poisson fermenté.
(15) ស្លា arec ; ម្លូ bétel
… Pour savoir ce qu’il advint du mari et de son épouse, il vous faudra patienter jusqu’à l’épisode suivant ☺
(Ci-dessous, la photo de la célèbre statue de « pthel » que l’on peut voir à Pursat. La photo vient d’ici.)
phtel_pursat

Publicités
Cet article, publié dans Contes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s