Image d’en-tête : Rayons de miel

Dans le chapitre 19 (« Productions ») de ses Mémoires sur les coutumes du Cambodge, Zhou Daguan (Tcheou Ta-Kouan) parle des rayons de cire d’abeille de l’époque en ces termes : « Chaque bateau peut en recevoir deux à trois mille rayons ; un gros rayon pèse de trente à quarante livres ; un petit, pas moins de dix-huit à dix-neuf livres » (la traduction est de Paul Pelliot, voir la page 26 de l’édition 1997 des Mémoires sur les Coutumes du Cambodge aux éditions Adrien Maisonneuve). Ces rayons de miel ne sont plus, à ma connaissance, exportés en Chine, mais sont appréciés des Cambodgiens qui les font griller avant de s’en délecter, cire et larves comprises.
La nouvelle image mise aujourd’hui (7 septembre 2015) en en-tête de Khmerologie, est un fragment d’une photo que j’avais prise le 26 décembre 2013 dans le temple de Banteay Chmar. Il s’agit de rayons d’abeilles sauvages accrochés aux branches d’un arbre. Je doute qu’ils pèsent autant que l’explique Zhou Daguan, et je n’ai jamais vu de rayons d’une taille aussi imposante au Cambodge.

Publicités
Cet article, publié dans Image d'en-tête, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s