Les navagraha au Cambodge

Les « navagraha », appelés en khmer នពគ្រោះ (នព est le chiffre « neuf » du pali et du sanskrit tel qu’il est écrit en khmer, គ្រោះ désigne les corps célestes) ou ផ្កាយនពគ្រោះ (ផ្កាយ désigne de façon générique les corps célestes), sont « les planètes et phénomènes astronomiques qui dans le système cosmologique indien sont supposés influencer les destinées humaines comme le cours de la nature (végétation, marées…) », dixit ici Wikipedia. Les Cambodgiens semblent avoir eu un intérêt particulier pour les navagraha, puisqu’on les trouve assez souvent reproduits dans divers sanctuaires. (Pour une étude plus détaillées concernant les navagraha, je vous invite à lire l’article de Louis Malleret publié dans le volume 7, numéro 3 (1960) de la revue Arts Asiatiques, intitulé « Contribution à l’étude du thème des neuf divinités dans la sculpture du Cambodge et du Champa » – cet article est proposé sur JSTOR.)
Ces divinités sont souvent représentées sous la forme d’un alignement de neuf personnages, qui sont le plus souvent reconnaissables par leurs attributs et leurs montures.
La liste des neuf divinités représentées peut être variable, mais le plus souvent on identifie les « astres » suivants :
Soleil : ព្រះសុរិយា ou ព្រះអាទិត្យ (se trouve toujours à l’extrême gauche dans l’alignement)
Lune : ព្រះច័ន្ទ (se trouve toujours en deuxième position à partir de la gauche)
Mars : ព្រះអង្គារ
Mercure : ព្រះពុធ
Jupiter : ព្រះប្រហស្សត៍
Vénus : ព្រះសុក្រ
Saturne : ព្រះសៅរ៍
Rahu, le nœud ascendant de la lune, ou l’éclipse : រហូ (se trouve toujours en deuxième position à partir de la droite)
Ketu, le nœud descendant de la lune, ou la comète : កេតុ (se trouve toujours à l’extrême droite)
Pour en savoir un peu plus sur les navagraha au Cambodge, vous pouvez aussi lire l’article publié par Ang Chaulean dans le numéro 6 (2012-2013) de la revue KhmeRenaissance (l’article, en khmer, peut être consulté ici).
Petite digression : le mot នព me pose en khmer le même problème que le mot « neuf » en français. En effet, « neuf » peut être le chiffre, ou bien signifier « nouveau ». C’est la même chose pour le mot khmer នព, qui, comme nous l’avons vu ci-dessus, peut désigner le chiffre, mais peut aussi signifier « nouveau ». Dans ce sens, il est parfois utilisé en composition, comme dans le mot នពតារា, qui signifie « supernova » (dans le mot « supernova », « nova » signifie « nouveau », voir par exemple l’article consacré aux supernovae sur le site « Astrofiles », ici). J’ignore totalement la raison de cela.
L’image ci-dessous vient du blog Sroulnas168, sur lequel on peut lire un article en khmer consacré aux navagraha, et voir d’autres représentations (voir ici).
navagraha

Advertisements
Cet article, publié dans Culture, Vocabulaire, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s