Cinoche : Tum Teav (2003)

L’histoire de Tum Teav (ទុំទាវ) est connue de tous les Cambodgiens. Il s’agit d’une tragédie d’amour classique, rédigée sous la forme d’un long poème, qui circule depuis au moins le milieu du XIXème siècle. Ce long poème est le plus souvent attribué à Bothumthera Saom (បទុមត្ថេរ សោម), moine et poète, mais d’autres auteurs sont également cités. Tum Teav a été traduit en français par Étienne Aymonnier (je n’ai pas trouvé cette version sur Internet) et en anglais par Georges Chidas (en 1915 ; cette traduction a été rééditée en 2005 par le Documentation Center of Cambodia, je l’ai trouvée ici au format pdf). Feu le professeur Khin Sol a également traduit en français la version de l’histoire de Tum Teav que l’on trouve dans les chroniques royales.
Plusieurs films ont été tournés qui s’appuient sur la trame de Tum Teav : en 1966, un film produit par l’Association des cinéastes cambodgiens ; en 1972, une version proposée par Indra Devi Film. Mais la version la plus connue est sans doute celle sortie en salle en 2003, dirigée par Fay Sâm’ang (ហ្វៃ សំអាង) et produite par Madame Kung Socheat (គង់ សុជាតិ). Ci-dessous, le résumé du film Tum Teav de 2003 :
Tum (ទុំ) est le nom d’un jeune et beau bonze, chanteur de talent. Teav (ទាវ) est celui d’une belle jeune fille. Tum est envoyé par son maître chanter dans un village. Dans ce village, il rencontre Teav, et le bonze et la jeune fille tombent éperdument amoureux l’un de l’autre au premier regard. De retour dans sa pagode, Tum se languit de Teav et décide de se défroquer pour pouvoir retrouver celle qui occupe son cœur, malgré les avertissements de son maître qui prédit une fin tragique à cette histoire. Retourné à l’état laïc, Tum revient au village et rencontre à nouveau Teav, qui s’offre à lui. Mais Tum, remarqué pour ses talents de barde, est envoyé au palais et le roi en fait son chanteur royal.
Pendant que Tum est au palais royal, la mère de Teav a vent de l’histoire d’amour qui s’est nouée entre les jeunes gens et, pour couper court à cette idylle, elle s’empresse d’organiser le mariage entre Teav et le fils du puissant gouverneur de la province.
Sur ces entrefaites, le chef de la garde royale, de passage au village, remarque Teav en raison de sa beauté exceptionnelle et, pensant qu’elle ferait une bonne épouse pour le roi, décide d’emmener Teav et sa mère au palais pour présenter la jeune fille au monarque.
Ce dernier est subjugué par la beauté de Teav et décide sans retard de l’épouser. Pour l’occasion, il demande à son chanteur royal de composer une ode. Tum écrit une chanson d’amour magnifique mais empreinte de tristesse. Teav, voyant son amant et entendant la chanson, est à l’agonie. Le roi comprend que Tum et Teav sont amants et décide de renoncer à son projet de mariage pour que les tourtereaux puissent convoler en justes noces.
De retour au village, la mère de Teav est prise à parti par le gouverneur de la province qui pense que l’on s’est joué de lui. La mère de Teav fait alors revenir cette dernière au village, en prétextant une grave maladie. Lorsque Teav revient, elle s’aperçoit que sa mère a en réalité organisé son mariage avec le fils du gouverneur. Désespérée, elle fait envoyer de toute urgence une missive à Tum. Ce dernier, apprenant la nouvelle, obtient que le souverain émette un décret royal pour empêcher le mariage de Teav avec le fils du gouverneur.
Arrivé au village, Tum, croyant qu’il est trahi par son aimée, ne va pas présenter immédiatement le décret royal au gouverneur, il s’enivre. Lorsque, finalement, il se présente à la maison de la jeune fille, il est emporté par les gardes du gouverneur. Devant la résistance et l’obstination du jeune homme, le gouverneur le fait mettre à mort.
Apprenant le décès de son aimé, Teav se précipite dans la forêt, trouve le corps sans vie de Tum et se suicide de désespoir. Le roi fait arrêter le gouverneur et les principaux protagonistes de l’affaire. Tous sont exécutés.
Le scénario de ce film a été co-écrit par Fay Sâm’ang et la célèbre romancière Mao Sâmnang (ម៉ៅ សំណាង). Le succès de cette version a été considérable. Le rôle de Tum est joué ici par Suk Sophea (ស៊ុក សុភា), celui de Teav par Danh Monika (ដាញ់ ម៉ូនីកា). Le film dure 105 minutes.
Le film est visible sur Youtube (il y a malheureusement un problème de synchronisation de la bande son) :

Cet article, publié dans Cinéma cambodgien, Littérature khmère, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s