Idiotismes : La force de l’éléphant en rut

Dans un roman historique khmer, je relève une pression qui titille ma curiosité : « il a la force d’un éléphant en rut » មានកម្លាំងដូចដំរីចុះប្រេង [méan kâ̆m-lăng doch dâ̆m-rei chŏh préng].
L’expression est utilisée pour parler d’un escrimeur qui voit sa force décuplée pendant un combat.
L’éléphant en rut est appelé en khmer ដំរីចុះប្រេង [dâ̆m-rei chŏh préng], littéralement « un éléphant qui laisse couler de l’huile ». En effet, pendant le musth, nom donné à l’état de l’éléphant en rut, les orifices temporaux de l’éléphant laissent échapper une épaisse sécrétion ressemblant à du goudron, appelée frontaline, en khmer ប្រេងដំរី [préng dâ̆m-rei], littéralement « huile d’éléphant ».
Lorsqu’il est en rut, l’éléphant le plus doux est pris de furie, et peut essayer de tuer n’importe quel humain. On a connu des incidents pendant lesquels l’éléphant en rut a même tué son cornac (ហ្ម [mâ]).
(Concernant le musth et la frontaline, je vous invite à lire ici et ici les articles en français de Wikipedia.)
La photo ci-dessous, qui montre un éléphant pendant le musth, vient de l’article que Wikipedia consacre à la frontaline.

Publicités
Cet article, publié dans Expressions, Idiotismes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s