Bibliographie : Bounthoeun 2017, Kampu Mera Editions

Après avoir publié en 2014 le recueil de nouvelles Tomber dans l’abîme de l’amour et en 2015 Vitheavy 2016, Kampu Mera Editions a proposé fin 2016 une nouvelle collection de courts récits intitulée Bounthoeun 2017 (ប៊ុនធឿន ២០១៧). Le titre de ce nouveau recueil fait bien entendu pendant à celui du recueil précédent, puisque si Vitheavy est le nom de l’héroïne du célèbre roman Fleur fanée de Nou Hach, Bounthoeun est celui du personnage masculin principal de ce même roman.
Comme pour les deux premiers recueils, cette troisième collection de nouvelles nous offre la possibilité de savourer l’écriture de quelques jeunes écrivains khmers. Bounthoeun 2017 rassemble dix récits composés par des auteurs dont a déjà pu apprécier le talent dans les recueils précédents de Kampu Mera. Certains textes sont très émouvants, d’autres sont pleins d’humour, d’autres encore sont tragiques ; tous ont en commun de nous faire découvrir divers aspects de la société cambodgienne contemporaine.
Quelques-uns de ces dix récits ont plus particulièrement retenu mon attention. Le Chien noir (ឆ្កែខ្មៅ) de So Phina (សូ ភីណា) mêle humour et souvenirs de la vie à Phnom Penh à la fin des années 1990 ; Oppresseurs et oppressés (ដាប់និងដាប) de Im Lim (អ៊ឹម លឹម) décrit sur un ton faussement léger certaines contradictions de la société khmère contemporaine ; dans J’ai tout à coup oublié qu’il y avait encore une personne qui m’aimait (ភ្លេចឱ្យឈឹង ថានៅមានមនុស្សម្នាក់ស្រឡាញ់ខ្ញុំ), récit tragique et d’une violence inouïe, Hang Achariya (ហង្ស អច្ចរិយា) présente une société cambodgienne contemporaine impitoyable ; Pov Meakara (ពៅ មករា) expose dans Des chaussures à talon qui volent (ស្បែកជើងកែងហោះ) l’attitude de certains jeunes hommes khmers qui abusent de leur confort matériel et de leur position sociale pour profiter sans vergogne de jeunes femmes aux abois.
Avec ce recueil, les éditions Kambu Mera illustrent une fois encore la vitalité et le talent des jeunes écrivains cambodgiens. Il est hautement regrettable qu’il y ait si peu de traducteurs littéraires de talent capables de rendre justice à cette littérature khmère contemporaine. Il est tout à fait injuste que, par contrecoup, cette littérature soit si peu connue au-delà des frontières du pays.
Le recueil Bounthoeun 2017 (ISBN : 9789924920700) est en vente au SIPAR et dans la plupart des librairies de Phnom Penh.

Cet article, publié dans Bibliographie, Littérature khmère, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s