Proverbe : Le gourami meurt du fait sa bouche… et le butor du fait de ses déjections

On connaît bien l’histoire d’Esope, fabuliste phrygien, esclave du philosophe Xantus, qui avait expliqué à son maître que la langue pouvait être le pire des mets (et le meilleur aussi)… (si vous avez oublié cette histoire, vous pouvez vous rafraîchir la mémoire ici).
Un proverbe khmer dit quelque chose d’approchant, qui énonce que « le gourami meurt du fait de sa bouche » : ត្រីកំភ្លាញស្លាប់ពីព្រោះមាត់ [trei kåm-phléanh slap pi-pruh moat].
Le mot khmer កំភ្លាញ [kåm-phléanh] désigne un poisson connu en Occident sous le nom binomial de Trichogaster microlepis, que les aquariophiles francophones appellent « gourami clair-de-lune ». Si c’est un poisson d’agrément en Occident, il est apprécié pour sa chair au Cambodge, car c’est l’une des espèces qui peuvent être utilisées pour confectionner le prahok.
Ce poisson est bien nonchalant et s’attrape facilement. Il aime en effet jouer à la surface de l’eau et il émet aussi des jets d’eau par la bouche. Ses taquineries le font rapidement repérer par les pêchers qui le capturent sans grande difficulté. C’est donc à cause de sa bouche que le gourami passe trop facilement de vie à trépas.
Comme l’explique Ly Thay-Ly, l’auteur du Dictionnaire des proverbes khmers commentés (voir p. 37), toute personne trop bavarde ou qui ne sait pas garder un secret, qui parle à tort et à travers, s’expose à bien des désagréments, et si la personne victime de ses bavardages intempestifs est un puissant, elle risque fort de subir le même sort que le gourami !
Ce proverbe est parfois complété d’une sentence parallèle, et on le trouve alors sous la forme ត្រីកំភ្លាញស្លាប់ព្រោះមាត់ សត្វខ្វែកស្លាប់ព្រោះអាចម៍ [trei kåm-phliéanh slap pruh moat, sat khvaek slap pruh ach] : le gourami meurt du fait de sa bouche, le butor du fait de ses déjections. La deuxième partie du proverbe évoque le butor, oiseau dont les Khmers disent que s’il ne chasse que la nuit pour échapper à ses prédateurs, mais que les chasseurs repèrent facilement car il laisse partout où il passe ses déjections (អាចម៍ [ach]). La métaphore s’applique ici aux personnes qui laissent derrière eux des actions peu glorieuses et dont la réputation est tôt ou tard irrémédiablement ternie. (Pour une explication plus détaillée de ce proverbe, je vous invite à lire ici l’article en khmer que lui consacre le site d’information Thmeythmey.)
La photo du gourami clair-de-lune ci-dessous vient du site d’aquariophilie Seriouslyfish (ici) :

Cet article, publié dans Proverbes, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Proverbe : Le gourami meurt du fait sa bouche… et le butor du fait de ses déjections

  1. Ping : Ingrédients : Gourami clair-de-lune (ត្រីកំភ្លាញភ្លុក) | Sinogastronomie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s