Proverbe : L’union fait la force

On a tous à l’esprit cette scène que l’on voit dans les westerns américains, où un vieil Indien d’une sagesse infinie saisit une flèche et la casse entre ses mains, puis prend un faisceau de flèches qu’il n’arrive pas à briser en dépit d’efforts visibles. Le vieil Indien veut par là illustrer le fait que l’union fait la force !
En khmer, on s’adapte à son environnement pour illustrer la même idée : au lieu d’utiliser des flèches, on utilise des baguettes chinoises !
L’adage khmer dit en effet que : ចង្កឹះមួយបាច់គេកាច់មិនបាក់ [chång-kéh mouy bach ké kach min bak], qui se traduit littéralement : « un faisceau de baguettes, on n’arrive pas à le rompre ». (L’assonance [bach], [kach], [bak] mérite d’être relevée.)
ចង្កឹះ [chång-kéh] baguette chinoise (l’orthographe invite à prononcer [chång-kœh], mais l’usage consacre plutôt la prononciation [chång-kéh])
បាច់ [bach] faisceau
កាច់ [kach] casser
បាក់ [bak] rompre
Cet adage « khmer » est en réalité l’adaptation d’un adage chinois équivalent qui dit que s’il est facile de rompre une baguette, il est en revanche difficile d’en rompre une poignée : 一根筷子易折断,一把筷子折断难 [yīgēn kuàizi yì zhéduàn, yībǎ kuàizi zhéduàn nán].
Dans une situation similaire, les Khmers utiliseront plus volontiers le dicton suivant :
នៅផ្ទះម្ដាយទីទៃ នៅព្រៃម្ដាយតែមួយ
[nou phtéah mday ti-tei, nou prei mday tae mouy]
ទីទៃ [ti-tei] différent
La traduction proposée par Alain Fressanges dans ses Dictons khmers est : « À la maison, chacun a sa propre mère ; dans la jungle, on a une seule mère ».
L’idée de ce dicton est que si, lorsque l’on est chez soi, chacun a ses propres parents qui peuvent apporter de l’aide en cas de nécessité, lorsque l’on est éloigné de son pays natal, que ce soit pour le travail ou pour les études, la parentèle n’est plus là pour vous porter assistance en cas de besoin. Et dans ce cas-là, c’est la solidarité des voisins ou de l’entourage qui doit jouer.
Les Chinois ont encore une expression qui exprime la même chose : 远亲不如近邻 [yuǎnqīn bùrú jìnlín] : « les parents qui sont au loin ne valent pas les proches voisins ».
L’image ci-dessous vient d’une page web chinoise qui illustre le fait que l’union fait le force (ici) :

Cet article, publié dans Proverbes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s