Des traces du passage de l’eunuque navigateur chinois Zheng He au Phnom Kulen

D’après une légende cambodgienne transcrite dans le recueil de contes de l’Institut Bouddhique, le fameux eunuque navigateur chinois du début des Ming (XVe siècle), Zheng He, aurait en fait été un prince khmer né à Kampong Cham. On trouve d’ailleurs sur le site du temple de Nokor Bachey (ប្រាសាទ​នគរ​បាជ័យ), tout près de la ville de Kampong Cham, un petit temple chinois consacré à « Sanbao » (三保公庙), surnom donné à Zheng He.
Dans un article intitulé « Notes sur la recherche des traces historiques de Zheng He au Cambodge » (寻觅郑和在柬埔寨历史痕迹的笔记) publié dans le numéro de septembre 2005 de la revue chinoise Around Southeast Asia (《东南亚纵横》), les auteurs, Cai Ximei et Xing Heping, relatent la légende susmentionnée (qui fera un jour sans doute l’objet traduction), et rapportent également une autre histoire, moins connue, qui a trait au passage de Zheng He dans la région d’Angkor. Voici ce que dit ce récit :
Dans le cadre de sa mission diplomatique, Zheng He, l’eunuque aux trois trésors, vint rendre visite au roi du Zhenla. Après cette visite, il voulut se rendre au Siam, pour présenter ses salutations au roi de cette contrée.
Ne souhaitant pas refaire le chemin à travers le Tonle Sap pour regagner le Golfe de Siam, il décida de mettre à contribution sa maîtrise exceptionnelle de la magie pour faire voyager son escadre par voie terrestre. Ainsi, une nuit, il formula un charme pour faire ses navires s’élever dans les airs, leur permettant d’aller par monts et par vaux et de franchir tous les obstacles. Aucun membre des équipages ne fut informé de cette merveille, afin que personne ne fût effrayé par ce prodige.
Mais, pendant la nuit, le cuisinier de l’un des navires, vaquant à son office, voulut puiser de l’eau. Il lança donc par-dessus bord un seau relié à une corde, croyant que l’on se trouvait encore sur le grand lac. Quelle ne fut pas sa surprise quand il entendit, au lieu du « plouf » attendu, un sonore « pong » qu’émit le seau lorsqu’il tomba sur le sol. Se penchant par-dessus le bastingage, le maître queux se rendit compte que le navire sur lequel il se trouvait était en train de survoler une montagne !
Effrayé, il poussa un grand cri, provoquant ainsi la rupture du charme. Le navire tomba alors sur le sol, tandis que les autres bateaux de l’escadre continuèrent leur voyage vers le Siam. Ce navire fut transformé en rocher, qui fut baptisé le « bateau fracassé » (សំពៅ​ធ្លាយ [sâm-pov thleay]). Ce rocher, dont la forme évoque vaguement celle d’un bateau à voiles, est l’une des attractions touristiques que l’on peut visiter aujourd’hui sur le mont Kulen.

Ci-dessous, le temple consacré à Zheng He à Nokor Bachey (photo personnelle) :

Temple de Zheng He à Nokor Bachey (三保公庙)
Publicité
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s