Langue khmère (5) : Apprentissage de l’alphabet khmer – consonnes – 1

Nous allons donc commencer notre patient apprentissage de l’alphabet cambodgien par une première série de consonnes, celles de la première ligne du tableau que vous trouverez ici.
Nous adopterons pour cet apprentissage l’ordre traditionnel des consonnes. (C’est dans cet ordre que les mots sont classés dans les dictionnaires.)
Les cinq consonnes d’aujourd’hui sont les suivantes : ក​ខ​គ​ឃ​ង
Elles sont en général transcrites respectivement k, kh, k, kh et ng.
Le ក et le គ sont prononcés de la même façon (comme un « k » français). Pourquoi deux graphies différentes alors ? Parce que la graphie de la consomme indique la prononciation de la voyelle qui l’accompagne…
Je m’explique : ក « tout seul » se prononce en fait « kâ » (comme le début du mot français « corps » (ក tout seul signifie « cou »), tandis que គ « tout seul » se prononce « kô » (comme la première syllabe du mot français « cause »). Si vous ajoutez la voyelle ា, vous obtiendrez កា, se prononçant « ka » (comme le mot français « cas »), ou គា, se prononçant approximativement comme le mot français « quille ». La même voyelle ា se prononce donc « a » ou « ille », selon la série à laquelle appartient la consonne qu’elle accompagne.
ខ et ឃ sont les versions « aspirées » de ក et de ខ. Comme nous n’avons pas de consonnes aspirées en français, il vous faut donc faire un petit effort d’imagination : imaginez un « k » prononcé avec une forte aspiration. ខ tout seul se prononce donc « khâ », et ឃ tout seul se prononce « khô ».
Quant à ង, transcrit en général « ng », il se prononce comme la fin du mot français « parking ».
Pour finir cette première petite série, je vous donne les versions souscrites de ces consonnes :
្ក​្ខ​្គ​្ឃ et ្ង.
Je vous propose ici la version pdf de la première série de consonnes avec leurs versions souscrites. La deuxième ligne donne la graphie de ces mêmes consonnes en style dit « rond ». Les deux styles de caractères sont couramment utilisés, le second, réputé plus « élégant », est souvent utilisé, par exemple, pour les titres des articles dans les journaux. L’image correspondante se trouve ci-dessous :

Publicités
Cet article, publié dans Langue khmère, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Langue khmère (5) : Apprentissage de l’alphabet khmer – consonnes – 1

  1. ratana dit :

    Salutations à pascalkh2 et à François, deux merveilleux Français ou Francophones qui , à mon émerveillement, expliquent bien les éléments de l’alphabet et de la constitution des mots khmers. J’ajoute mon grain de sel dans la limite de la connaissance de la langue que j’apprenais dès mes premières années avec le Français, langue des écoles publiques dès le primaire dans les pays de l’Empire français.
    Le Khmer est la langue mère du Thaï; c’est normal que le dernier paraît plus simple, comme le Japonais par rapport au Chinois.

    Il y a eu un bon manuel écrit par Messrs Alain Daniel et Khing Hocdy accompagné d’une cassette (devenu certainement CD) qui est très utile pour l’illustration en prononciation. Il est vendu chez les librairies chinoise Phoebus, Paris 4 et You Khéng (?), Paris 13è. J’en fais la publicité, car si vous allez à Angkor, avoir investi en s’amusant à reconnaître les caractères et des éléments de prononciation donnera à tout touriste de culture latine ou grecque, la satisfaction de repérer les écritures gravées dans certains bas-reliefs d’Angkor Vat. Ceci vous amènera à saisir le sens civilisations écrites et l’ingéniosité des hommes qui ont inventé l’écriture.
    Bon courageetfélicitationsauxkhmérologuesetaurkoun.

    • pascalkh2 dit :

      Bonjour Ratana,
      Merci beaucoup pour votre grain de sel. N’hésitez surtout pas si vous avez d’autres à ajouter…
      C’est avant d’autant plus de plaisir que je relaie la « pub » pour la manuel que vous citez. que j’ai eu la chance de commencer à apprendre le khmer, il y a déjà un certain nombre d’années, avec Monsieur Daniel, qui était à l’époque responsable de la section d’études cambodgiennes aux Langues’O. J’ai aussi eu pour professeur Monsieur Khing Hocdy.
      Monsieur Daniel est un amoureux du Cambodge et des Cambodgiens, et sa passion est plutôt communicative. C’est sans doute en grande partie à lui que je dois d’être aujourd’hui installé à Phnom Penh !
      Pascal

  2. gerardyin dit :

    Très clair, merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s