Intermède musical : Khemarak Sereymon – Demande en mariage

Khemarak Sereymon (ខេមរៈ សេរីមន្ដ) est parmi les chanteurs les plus populaires sur la scène musicale cambodgienne actuelle. Cette année (2017), il a notamment interprété une chanson qui a eu un énorme succès au moment du nouvel an khmer : « Dans mon village, on danse comme ça » (ស្រុកខ្ញុំគេរាំតែអញ្ជឹង). Mais avant cette chanson-là, il a eu quelques franches réussites, notamment avec un air intitulé en khmer « Demande en mariage » (ទៅដណ្ដឹងកូនគេ), connu aussi sous le titre anglais, plus explicite, de « 5000 dollars to wed ».
La chanson raconte l’histoire d’un jeune homme de la campagne qui rencontre la fille d’un petit commerçant. Les deux jeunes tombent amoureux l’un de l’autre, et le garçon obtient de sa mère qu’elle aille demander la main de la jeune fille. Les espoirs du jeune homme sont brisés lorsqu’il entend la mère de la jeune fille fixer à 5000 dollars le prix de la dot.
Voici la chanson, qui se trouve sur Youtube :

Publié dans Chansons khmères | Tagué , , , , | 1 commentaire

Bibliographie : Biv Chhay Leang, La jeune fille aux cheveux parfumés

La jeune fille aux cheveux parfumés (នាងសាក់ក្រអូប, Neang Sâk Krâ’ôp) est un personnage très connu de la culture populaire cambodgienne. Elle est fréquemment citée dans des romans, les contes qui circulent sur son compte sont nombreux. Adhémard Leclère, par exemple, donne une version de l’histoire de la jeune fille aux cheveux parfumés dans son recueil Contes et Légendes du Cambodge ; la jeune fille aux cheveux parfumés est également évoquée dans L’Amour à contre-sens de Chin Oddom ; l’histoire de cette jeune femme a aussi été adaptée au cinéma…
Dans roman historico-sentimental et tragique, simplement intitulé La jeune fille aux cheveux parfumés, Biv Chhay Leang donne une existence historique au personnage et situe son histoire à l’époque du règne de Preah Thong, le fondateur légendaire du royaume pré-angkorien du Funan (vers le IIe siècle de l’ère commune).
Dans ce récit, la jeune fille aux cheveux parfumés est la fille d’un riche marchand, qui tombe amoureuse d’un jeune et vaillant paysan. Le père s’oppose bien tendu obstinément à cette union, et cherche à éliminer le prétendant. Les amants s’enfuient, mais c’est pour être pourchassés par un roi khmer qui a eu vent de la beauté hors du commun de Neang Sâk Krâ’ôp. La réputation de beauté de la jeune femme est d’ailleurs telle que même le roi de Chine la convoite, et envoie deux émissaires accompagnés de troupes pour s’emparer d’elle. Les amants réussissent à peine à échapper aux troupes khmères lancés à leurs trousses, mais c’est pour tomber entre les mains des envoyés chinois. L’histoire a une fin tragique.
Biv Chhay Ling est un romancier important (et assez prolifique) de la littérature khmère contemporaine. J’avais d’ailleurs déjà présenté sur Khmerologie l’un de ses romans policiers : Les Brigands du mont Roang (voir ici).
La jeune fille aux cheveux parfumés a été publié pour la première fois en 1967. Le livre est encore en vente dans les librairies de Phnom Penh, et des copies numériques circulent sur Internet.
Ci-dessous, la couverture de mon exemplaire :

Publié dans Bibliographie, Littérature khmère | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Proverbes : Du caractère incertain de la destinée

Dans le roman La jeune fille aux cheveux parfumés (នាងសក់ក្រអូប) de Biv Chhay Leang (ប៊វឆៃលាង), je note le proverbe suivant, utilisé pour illustrer le caractère incertain de la destinée des personnages :
កង់ត្រាច កង់ធ្នង់។
Le mot កង់ (kâng, prononcé court) désigne à l’origine la roue, il est fréquemment employé dans le lexique relatif à la roue : ខ្នងកង់ le « dos de la roue », i.e. la jante, ពោះវៀនកង់ le « boyau de la roue », i.e. la chambre à air, កាំកង់ rayon de roue, etc.
Quant aux mots ត្រាច (krach) et ធ្នង់ (thnung), ils désignent deux essences végétales. Le ត្រាច, Dipterocarpus intricatus, produit un bois apprécié pour la construction des chars et des habitations, et son oléorésine est utilisée pour confectionner les torches (voir Pauline Dy Phon, Dictionnaire des plantes utilisées au Cambodge, p. 245). Quant au ធ្នង់, appelé amboine, bois de rose de Birmanie, ou encore sang-dragon (Pterocarpus indicus), il donne, en plus de la résine de l’écorce utilisée pour teindre les tissus en rouge, un bois apprécié en construction ainsi qu’en coutellerie d’art (voir l’article de Wikipedia, ici).
Si l’on traduit littéralement, le proverbe évoqué ci-dessus signifie donc « Roue de trach, roue d’amboine »…
J’avoue que j’étais plus que perplexe en lisant ce proverbe !
Heureusement, le site Khmer Virtue propose ici une page expliquant ce proverbe : les roues de charrettes à bœufs (រទេះគោ) ou à buffles (រទេះក្របី) possèdent des rayons et des jantes confectionnés avec des essences dures. Les jantes sont fabriquées à partir de plusieurs morceaux de bois assemblés, qui ne proviennent pas forcément tous de la même essence. Il est possible d’utiliser des morceaux de trach, des morceaux d’amboine… et les fixer ensemble pour constituer une jante.
Et lorsque la roue tourne, c’est alternativement le morceau de trach et le morceau d’amboine que l’on voit sur le sommet de la roue. Il est ainsi des hommes : c’est parfois l’un qui atteint le sommet de la gloire ou de la richesse, parfois c’est l’autre…
Ci-dessous, la photo d’une planche de bois d’amboine (cette illustration vient de l’article de Wikipedia).

Publié dans Proverbes | Tagué , , | Laisser un commentaire

Bibliographie : Gérard Groussin, Histoire de Vessandâr, le jâtaka du roi généreux

Vessandâr (en khmer វេស្សន្ដរ), connu aussi sous le nom pâli de Vessantara, est un personnage important du bouddhisme, puisqu’il est l’avant-dernière réincarnation du Bouddha. Il est connu pour son immense générosité : alors qu’il était roi, il offrit à des brahmanes qui le lui réclament l’éléphant blanc qui était le palladium du royaume ; cela lui valut d’être chassé du trône par ses sujets mécontents. Exilé, il offrit sans hésiter les chevaux qui tiraient son char, puis le char lui-même, et alla finalement jusqu’à offrir ses deux enfants et sa femme.
L’histoire du roi généreux est racontée dans le dernier des jâtakas du corpus pâli, connu en anglais sous le titre de Vessantara Jātaka, en khmer sous celui de វេស្សន្ដរជាតក. Cette histoire est bien connue des bouddhistes, qu’ils soient du petit ou du grand véhicule. (Concernant Vessantara, je vous invite à lire ici l’article en anglais que lui consacre Wikipédia ; l’article correspondant en khmer se trouve ici.)
L’Histoire de Vessandâr, le jâtaka du roi généreux est l’adaptation en français Gérard Groussin de cette histoire. L’auteur explique dans son introduction qu’il s’est principalement appuyé sur la traduction de ce jâtaka réalisée du pâli en khmer par Nhok Thaèm (l’auteur, entre autres, de La Rose de Pailin). Il cite également dans la courte bibliographie qui se trouve à la fin de l’ouvrage une traduction du khmer réalisée par Adhémar Leclère et publiée en 1903 à Paris sous le titre de Le livre de Vessandar, le roi charitable (cette traduction, qui n’est pas d’un accès facile, est à télécharger sur Gallica).
Le texte de Gérard Groussin ne brille certes pas, à mon humble avis, par ses qualités littéraires, mais il est malgré tout plus lisible que la traduction d’Adhémar Leclère, et permettra au lecteur français d’avoir une vision assez correcte de cette histoire que connaissent tous les Cambodgiens.
L’Histoire de Vessandâr a été publiée en 2005 par Kailash Editions (ISBN : 2-84268-129-0).
Ci-dessous, la couverture de mon exemplaire :

Publié dans Bibliographie, Bouddhisme, Contes | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Liens utiles : eLibrary of Cambodia

eLibrary of Cambodia (Bibliothèque numérique du Cambodge) est un site qui propose des copies numériques de nombreux ouvrages khmers. Les ouvrages sont classés par catégories : Astrologie, Éducation et sciences appliquées, Histoire, Kampuchea Soriya (la revue de l’Institut Bouddhique), Littérature et culture, Romans et légendes, Philosophie et psychologie, Poésie et musique, Politique et sciences sociales, Preah Tray Be Dok (Tripitaka), Religion. Une recherche peut être faite à partir des titres (malheureusement, pas des auteurs).
Tous les textes sont consultables à l’écran, certains peuvent être téléchargés (en fait, imprimés au format pdf, ce qui revient au même).
Le site comporte aussi une large sélection de sastras (manuscrits sur ôles), des partitions de musique (avec paroles), des liens vers des vidéos sur les thèmes des Khmer rouges et de la République…
Le site est consultable ici.
(Site consulté le 10 mai 2017)

Publié dans Liens utiles | Tagué , | 2 commentaires

Liens utiles : Site du Musée National du Cambodge

Le site du Musée National du Cambodge, en anglais (la version khmère n’est pas encore disponible), présente des informations pratiques sur le musée. Il donne un bref historique de l’établissement, et présente succinctement l’histoire de l’art khmer, ainsi que quelques-uns des principaux objets que le musée possède.
Le site est disponible ici.
(Site consulté le 10 mai 2017)

Publié dans Liens utiles | Tagué | Laisser un commentaire

Bibliographie : Mœung Sonn et Pierre Locard, Prisonnier de l’Angkar

À l’époque de la prise du pouvoir par les Khmers rouge, Moeung Sonn était commerçant à Sihanoukville. Comme pour tous les Cambodgiens, la prise de contrôle du pays par Polpot et ses affidés a eu pour cet homme et sa famille des conséquences funestes.
Prisonnier de l’Angkar, rédigé avec l’aide d’Henri Locard, témoigne du parcours de Mœung Sonn à cette époque. Mœung commence dans les deux premiers chapitres par présenter brièvement son histoire personnelle, en expliquant comment, enfant d’une famille paysanne pauvre, il est parvenu à améliorer son sort et celui de sa famille, jusqu’à devenir un commerçant assez aisé.
Il poursuit en décrivant l’arrivée des Khmers rouges à Sihanoukville, puis l’errance de sa famille. Mœung est emprisonné, échappe de peu à la mort. Il est torturé, et réussit finalement à survivre grâce à ses talents de bricoleur. Il est séparé de sa femme et de ses enfants. Ses six enfants ne survivront pas au régime.
Mœung raconte enfin son périple pour parvenir jusqu’en Thaïlande, les difficultés qu’il rencontre face aux autorités siamoises, la vie difficile dans les camps de réfugiés. Il parviendra à retrouver son épouse, et se réfugiera en France.
Prisonnier de l’Angkar est un récit poignant. L’aide d’Henri Locard pour la rédaction a permis de proposer aux lecteurs un texte très lisible.
Ce témoignage a été publié en 1993 dans la collection « Les enfants du fleuve » chez Fayard (ISBN : 9782213030593).

Publié dans Bibliographie | Tagué , , , , | Laisser un commentaire