Conte : La forêt, le tigre et le lion

Dans ses Dictons khmers, Alain Fressanges cite à la page 97 un proverbe au sens assez cristallin : ខ្លាពឹងព្រៃ ព្រៃពឹងខ្លា [khla pœng prei prei pœng khla] (ខ្លា [khla] tigre, ពឹង [pœng] dépendre de, s’appuyer sur, ព្រៃ [prei] forêt), qu’il traduit « Le tigre a besoin de la forêt, la forêt a besoin du tigre ». Le commentaire d’Alain est le suivant : « Ce vieux dicton sur l’interdépendance rend compte d’un souci bien actuel de l’environnement. »
Ce proverbe est probablement à rapprocher d’un conte que l’on trouve dans la revue Kampuchea Suriya (កម្ពុជាសុរិយា), publiée par l’Institut Bouddhiste de Phnom Penh. Ce conte est reproduit par le site The Khmer Spot (voir ici). Voici la traduction de ce conte.
Dans une grande forêt vivaient de nombreux génies des arbres. Dans cette même forêt vivaient aussi un tigre et un lion. Les génies connaissaient un bonheur infini car aucun homme n’osait pénétrer dans la forêt pour y abattre des arbres : tous craignaient en effet d’être dévorés par les fauves. Quant au tigre et au lion, ils se repaissaient du gibier qu’ils chassaient. Lorsqu’ils étaient rassasiés, ils abandonnaient sur place les charognes, de sorte qu’une odeur pestilentielle imprégnait les lieux. C’est pourquoi un génie mal embouché manifesta son mécontentement, et alla trouver le bodhisattva qui se trouvait parmi les génies des arbres, lui demandant de chasser le lion et le tigre des parages. Mais le bodhisattva lui opposa son refus, en lui expliquant que c’étaient les deux fauves qui protégeaient les arbres qui servaient de demeure aux génies et leurs permettent de vivre en toute quiétude. Mais le méchant génie ne voulut rien entendre, et fit tant et si bien qu’il fit peur aux fauves qui s’enfuirent et abandonnèrent les lieux.
Quelque temps après, les hommes, ne trouvant plus aucune trace du tigre et du lion, se dirent que les bêtes avaient certainement élu un autre domicile. Ils se mirent alors à délimiter des parcelles dans la forêt pour en abattre les arbres, les défricher et en faire des champs. Voyant cela, le méchant génie se repentit amèrement, et courut à la recherche du tigre et du lion en les implorant de revenir. Mais ses prières furent vaines, le génie dut rentrer seul.
Finalement, c’est toute la forêt qui fut abattue et remplacée par des plantations.
Note : En khmer, le terme ខ្លា est un terme générique qui désigne les félidés sauvages. Le tigre proprement dit (Panthera tigris) est appelé ខ្លាធំ [khla thom] ou ខ្លាដំបង [khla dåm-bång] (les deux expressions signifient littéralement « gros félin »).
La photo ci-dessous vient du blog Cambodia natural widelife.

Publicité
Cet article, publié dans Contes, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s