Bibliographie : So Phina, Bophana

So Phina (សូ ភីណា) est, avec Huot Socheata (ហួត សុជាតា), l’une des fondatrices des éditions Kampu Mera, qui ont publié, entre autres, la traduction en khmer d’un recueil de nouvelles de Maupassant (dont nous avons récemment parlé, ici). (Ces éditions viennent également de publier une traduction de L’Étranger, d’Albert Camus, dont nous parlerons bientôt.)
So Phina, très active sur la scène littéraire cambodgienne, est aussi novelliste et romancière. Elle a composé plusieurs nouvelles pour les différents recueils publiés également par Kampu Mera, dont nous avons déjà parlé sur ce blog.
Dans Bophana – La fleur qui ne flétrit pas (បុប្ផាណា ផ្កាមិនរុះរោយ), elle raconte de façon romancée la vie de cette jeune femme, internée pendant plus de six mois au sinistre centre d’interrogation et de torture de Tuol Sleng, à Phnom Penh. L’histoire de Bophana est bien connue, elle a notamment été racontée par Elizabeth Beker (voir ici) et le cinéaste Rithy Panh a réalisé un documentaire intitulé Bophana, une tragédie cambodgienne, largement diffusé.
Dans son roman, car il s’agit bien d’un roman, So Phina donne la parole à la jeune femme (la quasi-totalité du roman est raconté à la première personne).
C’est sur les sentiments éprouvés par la jeune femme que se concentre la romancière, sur son romantisme, sur l’amour infaillible qu’elle éprouve pour son mari « grand frère Daet » (បងដែត), sur son courage dans l’adversité, sur son refus de céder devant ses tortionnaires. So Phina dit de Bophana qu’elle est le modèle du courage de la femme khmère.
Le roman n’a pas d’intrigue au sens propre. Il commence par l’exécution de Bophana à Cheung Aek ; puis la romancière remonte le temps pour raconter de façon chronologique ce qu’elle a pu reconstituer de la vie de la jeune femme à partir de son imposant dossier dans les archives de Tuol Sleng. So Phina précise aussi dans son introduction qu’elle a extrapolé les épisodes pour lesquelles elle ne disposait pas d’informations.
Le style de So Phina est plutôt fluide. Sa narration reste dans la tradition des romans sentimentaux cambodgiens.
La qualité de l’édition est, comme c’est l’habitude chez Kampu Mera, irréprochable.
Bophana a été publié par les éditions Kambu Mera à Phnom Penh en 2019 (ISBN : 9789924920724). Le livre est disponible dans plusieurs points de vente de la capitale. Pour l’instant, seule la version originale en khmer est disponible.

Cet article, publié dans Littérature khmère, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s