Photos : Heliconia

Au bord de la piscine de l’hôtel La Veranda à Kep, sirotant une bière fraîche et laissant mon regard errer sur le jardin, j’aperçois une magnifique fleur que je connaissais pour l’avoir vue utilisée par des fleuristes à Taïwan et en Chine : une superbe « pince de homard » (Heliconia rostrata), connue aussi sous les noms bigarrés de bec de perroquet, heliconia rostré, ou encore balister.
La plante est originaire d’Amérique du Sud. Elle est l’une des fleurs emblèmes de la Colombie. Elle est aujourd’hui cultivée pour la valeur décorative de ses superbes inflorescences terminales, rouges et dorées.
D’après la Flore photographique du Cambodge, son nom khmer est ចេកមាស (tiék mies, littéralement « bananier d’or ») ; elle est aussi populairement appelée ផ្កាចេក (p’ka tiék, « fleur de bananier »). En chinois, on la connaît sous le nom de 赫蕉 [hièjiāo]), en anglais, sous celui de « pendula lobster claw ».

Publié dans Photos | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Proverbes : Rivaux incompatibles

Lorsque l’on veut décrire une situation dans laquelle deux personnages s’affrontent dans un combat sans merci pour conquérir le pouvoir, on utilise parfois en khmer l’image d’une montagne dans laquelle il n’y a pas assez de place pour deux tigres : tôt au tard, l’un des deux rivaux éliminera forcément l’autre.
On dit en khmer : ភ្នំំមួយមិនអាចមានខ្លាពីរ។ (Littéralement : Il ne peut pas y avoir deux tigres dans une montagne.)
L’expression khmère est utilisée par exemple dans un article oublié sur le site de RFI en septembre 2011 et consacré à la rivalité supposée entre Vladimir Poutine (ពូទីន) et Dmitri Medvedev (មេដវេឌេវ). Voir ici.
N.B. : Il me semble que ce proverbe est la traduction littérale d’une expression populaire chinoise bien connue qui a rigoureusement le même sens : 一山不藏二虎 [yīshān bùcáng èrhǔ].

Publié dans Proverbes | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Bibliographie : Chin Oddom, L’amour à contre-sens

On m’a récemment prêté un exemplaire d’un court roman absolument hors normes, d’un auteur appelé Chin Oddom (ចិន្ដ ឧត្តម), intitulé L’Amour à contre-sens (ស្នេហ៍បញ្ច្រាសទិស). Je n’ai rien réussi à apprendre de cet auteur. Il n’est pas mentionné dans l’ouvrage de référence de la littérature cambodgienne moderne et contemporaine, l’excellent Littérature cambodgienne du XXème siècle – Écrivains et textes, du professeur Khing Hoc Dy. Interrogé par ailleurs, le professeur Khing me dit ne connaître ni l’auteur ni le livre ; il s’est renseigné auprès de ses collègues spécialistes de la littérature cambodgienne moderne, sans plus de succès !
L’édition que l’on m’a prêtée est une réédition publiée en 2002 par la librairie Angkor Thom d’un roman paru pour la première fois en 1973. Ce qui rend cette œuvre unique est le sujet qu’elle traite : le roman raconte en effet l’histoire tragique d’un inceste entre un frère et une sœur. Les deux jeunes protagonistes, Vann et Vanny, s’aiment d’un amour véritable, et vont jusqu’à entretenir des relations charnelles. Les relations physiques des deux personnages sont décrites de façon sans détour, mais toujours avec beaucoup de tact.
Le frère s’interroge en outre sur l’interdit qui frappe cette relation incestueuse, et s’interroge également sur les relations incestueuses entre mère et fils. Il s’appuie pour sa réflexion sur plusieurs références culturelles et littéraires, khmères ou occidentales.
Le roman est assez court (80 pages), et le texte est d’un abord assez aisé.
À ma connaissance, il n’existe pour l’instant aucune traduction en langue étrangère de ce texte hors normes.
Un autre livre a pour auteur Chin Oddom. Ce roman, intitulé Un abîme de souffrances (អន្លង់ទុក្ខ), également une histoire d’amour tragique, est beaucoup plus conventionnel, et beaucoup moins intéressant. Les deux romans se trouvent dans le catalogue de la médiathèque de l’Institut Français du Cambodge à Phnom Penh.
Ci-dessous, la couverture de l’exemplaire de L’amour à contre-sens qui m’a été prêté :

Publié dans Bibliographie, Littérature khmère | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Proverbes : De l’avantage des chemins détournés

Un proverbe lu récemment :
ផ្លូវវៀចកុំបោះបង់ ផ្លូវណាត្រង់កុំដើរហោង។
វៀច de travers, tortueux
បោះបង់ délaisser, abandonner
ត្រង់ rectiligne, tout droit
ហោង (particule finale, marquant surtout l’emphase)
Le sens est donc cristallin : « Ne renonce pas au chemin tortueux ; n’emprunte pas la route la plus directe. »
Il est en effet considéré de bon ton, surtout lorsque l’on est commerçant ou politicien, de préférer les voies détournées, plus imprévisibles, que les chemins les plus rectilignes, sur lesquels on prévoit votre parcours sans la moindre difficulté.

Publié dans Proverbes | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Les navagraha au Cambodge

Les « navagraha », appelés en khmer នពគ្រោះ (នព est le chiffre « neuf » du pali et du sanskrit tel qu’il est écrit en khmer, គ្រោះ désigne les corps célestes) ou ផ្កាយនពគ្រោះ (ផ្កាយ désigne de façon générique les corps célestes), sont « les planètes et phénomènes astronomiques qui dans le système cosmologique indien sont supposés influencer les destinées humaines comme le cours de la nature (végétation, marées…) », dixit ici Wikipedia. Les Cambodgiens semblent avoir eu un intérêt particulier pour les navagraha, puisqu’on les trouve assez souvent reproduits dans divers sanctuaires. (Pour une étude plus détaillées concernant les navagraha, je vous invite à lire l’article de Louis Malleret publié dans le volume 7, numéro 3 (1960) de la revue Arts Asiatiques, intitulé « Contribution à l’étude du thème des neuf divinités dans la sculpture du Cambodge et du Champa » – cet article est proposé sur JSTOR.)
Ces divinités sont souvent représentées sous la forme d’un alignement de neuf personnages, qui sont le plus souvent reconnaissables par leurs attributs et leurs montures.
La liste des neuf divinités représentées peut être variable, mais le plus souvent on identifie les « astres » suivants :
Soleil : ព្រះសុរិយា ou ព្រះអាទិត្យ (se trouve toujours à l’extrême gauche dans l’alignement)
Lune : ព្រះច័ន្ទ (se trouve toujours en deuxième position à partir de la gauche)
Mars : ព្រះអង្គារ
Mercure : ព្រះពុធ
Jupiter : ព្រះប្រហស្សត៍
Vénus : ព្រះសុក្រ
Saturne : ព្រះសៅរ៍
Rahu, le nœud ascendant de la lune, ou l’éclipse : រហូ (se trouve toujours en deuxième position à partir de la droite)
Ketu, le nœud descendant de la lune, ou la comète : កេតុ (se trouve toujours à l’extrême droite)
Pour en savoir un peu plus sur les navagraha au Cambodge, vous pouvez aussi lire l’article publié par Ang Chaulean dans le numéro 6 (2012-2013) de la revue KhmeRenaissance (l’article, en khmer, peut être consulté ici).
Petite digression : le mot នព me pose en khmer le même problème que le mot « neuf » en français. En effet, « neuf » peut être le chiffre, ou bien signifier « nouveau ». C’est la même chose pour le mot khmer នព, qui, comme nous l’avons vu ci-dessus, peut désigner le chiffre, mais peut aussi signifier « nouveau ». Dans ce sens, il est parfois utilisé en composition, comme dans le mot នពតារា, qui signifie « supernova » (dans le mot « supernova », « nova » signifie « nouveau », voir par exemple l’article consacré aux supernovae sur le site « Astrofiles », ici). J’ignore totalement la raison de cela.
L’image ci-dessous vient du blog Sroulnas168, sur lequel on peut lire un article en khmer consacré aux navagraha, et voir d’autres représentations (voir ici).
navagraha

Publié dans Culture, Vocabulaire | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Vocabulaire khmer-français de la cuisine et de l’alimentation

Je mets en ligne la nouvelle version de mon glossaire khmer-français de la cuisine et de l’alimentation. À la différence de ce que je proposais dans la version initiale (qui est ici), j’ai renoncé à proposer un lexique multilingue (khmer-français-anglais-chinois), pour me concentrer uniquement sur le khmer et le français.
Cette nouvelle version du lexique compte un peu plus de 2300 entrées, dont un grand nombre de noms de végétaux utilisés comme fruits, légumes ou épices. Je me suis largement appuyé pour cette partie sur le Dictionnaire des Plantes utilisées au Cambodge de Pauline Dy Phon.
La version mise en ligne aujourd’hui comporte 45 pages. Le fichier pdf pèse à peu près 1,2 Mo. Pour y accéder, cliquer ici.

Publié dans Gastronomie, Vocabulaire | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Vocabulaire : Faire l’amour en khmer

Je signale aux amateurs et aux curieux la publication du billet que je consacre à différentes expressions verbales khmères, plus ou moins polies, utilisées pour parler de l’acte d’amour. C’est sur Les Érotiques, ici.

Publié dans Vocabulaire | Tagué , , | Laisser un commentaire